Essai de la Peugeot RCZ R

Par Thomas le 18 novembre 2014

Lorsque Peugeot veut faire grogner sa RCZ, il ne fait pas les choses à moitié pour la transformer en véritable lionne!

Après avoir commencée sa carrière en 2010, puis restylée en 2012, c’est en 2014 qu’appara^it enfin la véritable RCZ sportive affublée d’un beau R.

Malgré son age relativement avancé, la RCZ continue de dévisser les têtes, c’est encore plus vrai avec la R qui soigne son look avec de belles jantes 19″, des arches de toit noir mat, un aileron fixe, une double sortie d’échappement plus imposante. Notre modèle d’essai disposait du toit en carbone tout simplement magnifique. Un petit R vient prendre place dans la calandre pour identifier l’auto, on le retrouve à l’arrière, sur les jantes, les barres de seuil, les sièges baquets et le pont central… Presque partout en fait! Au niveau des coloris, le choix est limité: rouge Erythrée, noir Perla Nera, gris Sidobre et blanc Opale.

Passons à l’intérieur. Les sièges baquets impressionnent par leur maintien mais aussi leur confort. D’ailleurs l’assise reste assez haute, facilitant l’accessibilité. Le pommeau de vitesse est le même que celui de la 208 GTI, pour le reste on est en terrain connu, seule une surpiq^ure rouge vient égayer le tableau de bord et lui donner un c^oté raffiné. On retrouve ce que l’on connaissait déjà de la RCZ. Pour le reste on rentre dans un autre monde.

Sous le capot, Peugeot a conservé son petit 1,6L THP mais après l’avoir confié à Mahle Motorsport, il développe désormais 270ch et 330Nm. Pour se faire, le THP recoit un nouveau turbo, un collecteur d’échappement inspiré de la RCZ VLN ( celle qui courait sur le Nurburgring ) et de nouveaux pistons forgés. Peugeot Sport a installé un nouvel échappement pour donner de la voix à ce 4 cylindres qui mériterait de crapoter et donner plus de voix encore! Avec autant de puissance, le 1,6L, plein comme un oeuf, pousse sur les six rapports, les chiffres parlent d’eux mêmes: le 0 à 100 km/h est réalisé en 5,9 secondes et le 1000 mètres départ-arrêté expédié en 25,4 secondes!

Evidemment avec autant de puissance sur le train avant, le ch^assis était attendu au tournant! Les ingénieurs Peugeot Sport ont réalisé un travail exceptionnel. Pour ma^itriser les canassons, un différentiel à glissement limité Torsen. Pour contenir le roulis, les ressorts sont plus raides de 14% à l’avant et de 44% à l’arrière. Les freins freinent fort et constamment, ce qui est plut^ot une bonne nouvelle. A noter que l’ESP est totalement déconnectable. Malgré tout, l’auto reste ultra polyvalente au quotidien. On se fait chahuter à faible allure par la rigidité de l’ensemble, mais lorsque l’on passe en conduite dynamique, on découvre le potentiel de la RCZ- R! Hallucinant quand on sait que l’on part d’une 308 de première génération… On ressent la route à travers le volant et la direction est prévenante à n’importe quelle allure.

Pour conclure, on est toujours aussi fan de sa ligne, la RCZ est certainement la plus jolie des Francaises. Peugeot a trouvé la recette avec son ch^assis aux petits oignons et son moteur plein comme un oeuf. Le plaisir de conduite est au rendez vous. On regrettera juste un échappement toujours trop discret. En fait, lorsque l’on roule en RCZ-R c’est un peu enfiler des baskets et un smoking. Sa production est prévue à 1000 exemplaires par an de 2014 à 2017, ce qui signifie qu’il n’y aura que 3000 exemplaires produits!

Essai de la Peugeot RCZ R (1) Essai de la Peugeot RCZ R (2) Essai de la Peugeot RCZ R (3) Essai de la Peugeot RCZ R (4) Essai de la Peugeot RCZ R (5) Essai de la Peugeot RCZ R (6) Essai de la Peugeot RCZ R (7) Essai de la Peugeot RCZ R (8) Essai de la Peugeot RCZ R (9) Essai de la Peugeot RCZ R (10) Essai de la Peugeot RCZ R (11) Essai de la Peugeot RCZ R (12) Essai de la Peugeot RCZ R (13) Essai de la Peugeot RCZ R (14) Essai de la Peugeot RCZ R (15) Essai de la Peugeot RCZ R (16) Essai de la Peugeot RCZ R (17)

Laisser un commentaire

Voir les commentaires